de visu (1 583 octets)

galerie photographique (1 810 octets)

Argentine - Fabricas Recuperadas : Histoire d'une dignité retrouvée.

Abattoir La Foresta


La Matanza

© cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri

L'usine de métallurgie Los Constituyentes


Vicente Lopez

© cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri

Usine de confection de tissus Brukman


Buenos Aires

© cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri

Hôpital israélite


Buenos Aires

© cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri © cédric friggeri
Décembre 2001. L’Argentine est confrontée à la crise économique la plus violente de son histoire. Le pays est en cessation de paiement. Le chaos s’installe. Quatre présidents de la République se succèdent en dix jours. Beaucoup d’entrepreneurs, endettés jusqu’au cou, décident de stopper la production et de se débarrasser des actifs de leur usine pour rembourser leurs dettes.Laissant sur le carreau des milliers d’ouvriers.

Se trouvant injustement victimes de décisions auxquelles ils n’ont pas pris part, certains d’entre eux refusent de quitter leur poste de travail et organisent la résistance. « N’ayant plus rien à perdre, on a décidé d’occuper l’usine. C’était se battre jusqu’au bout, ou perdre notre dignité » explique Martín, métallurgiste. Ils se sont battus pendant des mois jusqu'à obtenir l’expropriation des propriétaires et à récupérer l’outil de production pour reprendre le travail. Le phénomène des entreprises récupérées en Argentine a pris une ampleur considérable.

Presque dix ans après le début du processus, l’Argentine recense plus de 230 entreprises récupérées, fonctionnant en coopératives et employant plus de 10 000 salariés., dans des secteurs aussi variés que la métallurgie, le textile, l’hôtellerie ou la santé. Tous les travailleurs sont associés aux décisions importantes qui sont prises, lors d’Assemblées Générales, selon des modèles qui varient entre les entreprises. « On est devenu notre propre patron » résume Graciela, secrétaire dans un abattoir récupéré du Grand Buenos Aires.

Tous nous racontent leur combat. Tous nous parlent de la solidarité et des doutes qui ont jonché leur lutte. Et tous disent leur fierté d’avoir pu conserver leur emploi grâce à leur courage.

Hervé Segata


Photographies de
Julien Pebrel, begin_of_the_skype_highlighting_end_of_the_skype_highlighting
Cédric Friggeri, Du Grain à Moudre



Déposez un commentaire sur les forums de visu.


expositions
expositions 2017
expositions 2016
expositions 2015
expositions 2014
expositions 2013
expositions 2012
expositions 2011
expositions 2010
expositions 2009
expositions 2007
expositions 2005
expositions 2004
expositions 2003
expositions 2002
expositions 2001
expositions 2000
expositions 1999
expositions 1998
expositions 1997
regards de photographes
autour de visu
forums
lettre de diffusion
liens photographiques
revue de presse
photoblog
plan du site
librairie
soutien
projet


-> page d'accueil (897 octets)
de visu, i-galerie photographique,
nous écrire



1997-2017 © de visu
All reproduction and use of copyright-protected works is forbidden.
Toute reproduction et utilisation des œuvres protégées par la loi sur le droit d'auteur est interdite.
site & webdesign > olivier nouveau

recherche
Google
Web 2visu.org
mailing liste

Votre E-Mail :

Facebook Twitter