Une réflexion sur « parchemin de mes nuits »

  1. Je me perds dans le dédale des lignes blanches, je dors debout, je rêve de passer d’un couloir à l’autre, l’ordre et la sécurité des sillons me rassurent l’œil même pas, comment passer de là à l’autre sans trébucher, la nuit je dors debout, des lignes branches strient mes rêves indicibles perdus. Mais pas trop. Mais ce n’est que tissu mon ami, oui, et alors, tu ne rêves plus ?

Laisser un commentaire