Une réflexion sur « un éclair et cela repart »

  1. Un éclair de blanc n’efface pas le rouge, au mieux il le met un instant en exergue, en souligne l’origine et sait le faire vivre autrement demain. Permanence d’une insurrection lente, la douceur de l’image ne nie rien, il y a le rouge.

Laisser un commentaire