Une réflexion sur « vers le noir ou gris ou brun »

  1. Avions marché longtemps en des univers incertains, savions pas trop si la ligne d’horizon dessinait une falaise inaccessible, une blessure dans le paysage, ou un leurre pour nous attirer encore … S’en fout, avancions encore, nécessité de vie …

Laisser un commentaire