A propos de la série polonaise "à quelque chose près" de Thierry Aué, 2006

"Si la déambulation est certes un moyen auquel chacun a recours dès son arrivée pour découvrir un nouveau paysage et prendre ses premiers repères, aucun ne la pratique de façon aussi systématique que Thierry Aué. Il arpenta Wroclaw et ses alentours, suivant des itinéraires aléatoires, l'œil toujours aux aguets, observant avec curiosité et désireux de se laisser surprendre. Il en livre une série d'images qui attirent notre attention là où nous ne la porterions pas: endroits insolites, scènes du quotidien, passants ordinaires croisés sur la route, saisis au hasard, du moins en apparence. Ces photographies sont en réalité le fruit d'un long processus d'observation et de réflexion, rendant difficiles à discerner la part de construction et d'élaboration de l'image et la part de pure saisie du réel. Si Thierry Aué est photographe, il est également poète, et ces deux pratiques interagissent: ses images tirent leur singularité d'éléments rapprochés avec la même liberté de composition que celle des mots de ses poèmes. Tout au long de son séjour en Basse-Silésie, il s'accompagna du Journal de Witold Gombrowicz: un choix à propos puisque, trouvant fondement dans la tradition et dans l'histoire difficile de son pays, Gombrowicz y parle de sa propre expérience du déracinement".
Ann Arend, 2007.

(Ann Arend est Directrice du service international du Centre Européen d'Actions Artistiques Contemporaines, Strasbourg).


"Composer le portrait d'une ville serait aussi audacieux, prétentieux, qu'improbable. Une ville a tendance à s'échapper à mesure qu'on s'en rapproche. Elle fourmille de détails tout autant qu'elle aime se présenter comme un tout signifiant, unitaire, cohérent. De quel paysage s'agit-il donc ? En faire le tour relève aussi de la gageure, de l'utopie. Reste alors la surface, à laquelle on a souvent tort de ne pas prêter attention. Il m'est difficile de ne pas voir ici ou là les éléments d'un décor en chantier, une scène en cours de construction sur laquelle quelques acteurs désoeuvrés tentent pourtant de donner du sens. En Pologne, comme je le fais maintenant assez régulièrement dans mes déplacements à l'étranger, j'ai croisé des personnages auxquels j'ai demandé de jouer leur propre rôle, leur proposant simplement de figer une attitude que j'avais repérée quelques instants plus tôt, de la décaler parfois légèrement, de la désorienter insensiblement. Rien ne permet le plus souvent de repérer cette pose, car ce n'en est pas vraiment une. Cela permet d'établir un contact, une relation que l'ignorance totale d'une langue vous aurait sans cela interdite. Cela permet également de jouer un peu avec le temps".
Thierry Aué, 2007

Travail réalisé lors d'une résidence d'artiste effectuée à Wroclaw (Pologne) pendant l'été 2006, coordonnée par le CEAAC, financée par les Régions d'Alsace et de Basse-Silésie, dans le cadre de l'accord de coopération culturelle entre les deux régions.

Réalisation du catalogue "à quelque chose près" de Thierry Aué, 16 pages en couleur comportant 17 photographies couleur et des textes de l'artiste.


Découvrez le dernier livre de photographies de Thierry Aué : "Schaumzone", édité par le Centre Européen d'Actions Artistiques Contemporaines avec l'aide de la DRAC Alsace.


Ecrire à thierry aué