Eclaircie.

Nocturnes.
Après la mort de ma mère j'ai entrepris de me souvenir de tout. Un an d'insomnies et la mise en place d'un rituel nocturne de réminiscence. Intention : répertorier avec la plus grande exactitude tous les souvenirs concernant ma mère.

Se souvenir de tout et de presque rien: faire apparaître des images pour en effacer d'autres. Fantômes.
Réinvestir mentalement les lieux, fouiller les interstices de ma mémoire. Fragile.
En attendant le sommeil : balayage mémoriel chronologique, thématique, sensoriel, spatial, géographique, anecdotique...Images mentales: fugaces, persistantes. Net, flou, , flou...... nuit.

Interface diurne, errances photographiques:
Durant cette période j'ai voyagé avec l'idée que chaque image serait précieuse.
Des photos pour preuves d'une présence au monde. La mienne, celle de ces autres, aimés ou fugitivement croisés.
Le presque rien comme sujet nécessaire/ l’effacement pour apprivoiser l’absence/ le blanc comme écho au vide/ la lumière pour conjurer l’obscurité / inversement.
Jours de pluie// Figures esseulées /Silhouettes fantômes / flou / espaces à prendre...

Et puis, les contours se sont faits plus nets, la couleur est revenue, le beau temps aussi.
Eclaircies.

Virginie Blanchard, Arles le 2 septembre.


Visite du site du photographe ; Ecrire à Virginie Blanchard