Un pays : le Cambodge. Une province : le Ratanakiri. Là, à l'extrême nord-est du mythique royaume khmer, s'étend une zone oubliée. Ou presque ! Située loin de tout. Adossée aux confins du Laos et du Vietnam. Peuplée de tribus proto-indochinoises telles que les Tampoun, Jaraï, Brou, Katcha ou Kroeungs, la province du Ratanakiri s'ouvre aujourd'hui timidement au monde extérieur. Pour l'heure préservées des hordes de touristes qui - à six cents kilomètres de là et plus à l'ouest - déferlent sur les temples d'Angkor, ces minorités ethniques du Cambodge n'ont, jusqu'à présent, fait que peu de concessions au monde moderne. Mais pour combien de temps encore ?

Ce périple photographique au Ratanakiri s'est effectué au mois d'octobre 2004, à l'occasion d'une escapade par les chemins de traverse de cinq semaines en Asie du Sud-est.

Ecrire à jean-luc bobin