Portraits sensibles

Dans le cadre des Fenêtres qui parlent, Delphine CHENU a réalisé ces portraits sensibles qui ne dévoilent quasi rien mais qui disent tout. Elle a mené ce travail avec les habitants de son quartier. Les prises de vues ont été faites dans le café des Arts, au milieu du passage des habitués.

«Ce travail est issu de ma rencontre avec Luc Hossepied, le créateur de la Plus petite Galerie du Monde (Roubaix). Nos deux énergies électriques, positives, ont fédéré les habitants du quartier de la rue des Arts pour donner vie à ce travail. Il marque le commencement d'une expression nouvelle, qui m'est très intime, très personnelle. Je ne suis jamais dans une démarche intellectuelle mais purement instinctive.»

Delphine Chenu, 2009


Visite du site du photographe ; Ecrire à delphine chenu