Une Escapade Afghane

Lors d' un séjour au Pakistan, j' ai eu l' occasion de partir, pour quelques jours, à la découverte d' une petite partie de l' Afghanistan grâce au concours d' une ONG implantée à Jalalabad.

La première étape, de Peshawar jusqu' à la frontière Afghane, est déjà une aventure. Le territoire à traverser est nommée la zone tribale où l' on ne peut s' aventurer sans un laissez-passer et sans la compagnie d' un garde de la zone tribale. Il s' agit d' une petite armée composée de jeunes gens de la zone tribale qui effectuent l' équivalent d' un service militaire. Ils assurent la surveillance de cette zone, en accompagnant les étrangers ou en étant stationné dans des check posts le long des voies routières.

Nous allons donc dans une caserne à la périphérie de Peshawar chercher le garde qui nous accompagnera jusqu' à la frontière. Le garde, armé de sa kalachnikov, prend place dans notre 4x4 japonais. La première partie de ce voyage est ponctué par quelques arrêts, pour regarder passer le train à vapeur qui va de Peshawar à Landi Kotal pour admirer le paysage qui s' offre à nous au passage d' un col de la Khyber Pass. A cette dernière occasion, les gardes d' un check post s' empressent de venir m' entourer pour que je les prenne en photo. Pour une photo en leur compagnie, ils mettent dans mes mains l' une de leur kalachnikov.

Le passage de la frontière Afghane est aussi un épisode inoubliable. Pendant que les Afghans et les Pakistanais passent allègrement d' un coté à l' autre de la frontière sans le moindre souci, nous passons par le poste frontière où un douanier nous demande le but de notre visite. Pas question de lui dire que nous sommes venu faire du tourisme ou des photos. Nous sommes des consultants de l' ONG. Cela leur convient parfaitement. Ce passage demande une petite demi-heure de patience pendant lequel le douanier nous propose un thé !

Juste de l' autre coté de la frontière, nous voilà à Towr Kham alias Container City car le petit village est entouré d' une véritable ville formée de containers qui ont servi à transporter toutes sortes de marchandises depuis l' Iran jusqu' à la frontière Pakistanaise. Une fois arrivés là, les containers servent de magasin, d'atelier, d' habitation. Dans ces pays, rien ne se perd. Les marchandises de ces containers quant elles continuent leur route, en général à dos d' homme, sur les chemins de contrebandiers pour passer la frontière et être vendus sur le marché de la contrebande à proximité de Peshawar… Cet endroit est trop proche du poste frontière et des check-posts qui entoure la ville. Impossible de prendre des photos. Dommage!

Sur notre chemin vers Jalalabad, la route, qui n' était déjà pas dans un état brillant, devient plutôt une piste truffée de trous énormes. Les taxis afghans, qui sont en général des voitures de tourisme japonaises bondées jusque sur le toit, filent sur cette route à une vitesse élevée. Les camions, quant à eux, évoluent beaucoup plus lentement. Il leur faut deux jours pour parcourir la distance entre Kabul et la frontière, soit environ 200 km!!

Hervé Mesenbourg
www.Escales.Org
Courrier@Escales.Org