"Désordres anatomiques", 2000

Ces photographies sont extraites d’une série intitulée " Désordres anatomiques " ayant comme champ d’interrogation la chair à travers ses dimensions érotiques.
La peau, limite entre intérieur et extérieur du corps m’intéresse singulièrement lorsqu’elle est envisagée, à l’instar de la photographie, comme une surface d’inscription, mais d’inscription du désir.
En essayant de reconstituer photographiquement des tissus épidermiques à partir de polaroïds effeuillés et rephotographiés, j’ai cherché à dépasser cette opacité de la peau afin de révéler l’antre de la chair mais également à exploiter la matière sous-jacente du polaroïd. La peau n’est plus limite mais lieu de passage où viennent se révéler les événements internes du corps. Dès lors, ces images font naître une confusion visuelle entre ce qui paraît être sur la peau et ce qui semble en dessous. Ces apparitions épidermiques sont pour moi indissociables de ce sentiment de découverte du corps de l’autre que l’on éprouve lors de l’acte érotique, où le regard et le toucher se focalisent sur certaines parties du corps et substituent ces parties au tout. Ces images construisent ainsi, de manière parcellaire, un être charnel aux formes dissolues par le désir. Naissent alors des " images-organes ", dans lesquelles aucune identité ne peut être décelée. Le corps, par un procédé de fragmentation de l’image est sublimé et anatomisé par le désir.
Mes images proposent donc une vision anatomique du corps, une dissection visuelle et tactile.


écrire à ingrid guerrier